Une banlieusarde en voyage.

J'ai adoré cet article ! Un "must read" pour tous ceux qui voyagent et/ou sont différents car il s'agit d'une expérience hélas tellement commune pour beaucoup d'entre nous!

Publicités

Quand la conscience de soi devient trop forte… 

Tout commença de manière banale... Ma belle cousine nous a annoncé qu'elle organise son anniversaire, avec pour thématique: le cinéma. Je me suis dis trop cool! (🤗🎉) Avec ma tante nous pensions à "dreamgirls", mais ma cousine souhaitait s'accorder avec son copain. Alors du trio, je suis passée à une recherche en solitaire. -Mardi 5 Juillet … Lire la suite Quand la conscience de soi devient trop forte… 

Ces petites rencontres… En Bosnie #3 – “Hi, You are beautiful”

Alors que nous marchions dans Sarajevo, un jeune homme qui vend de la nourriture au bord de la route me salua. J'ai donc répondu au bonjour avant de me replonger dans la conversation que j'avais avec deux personnes de mon programme. Quand l'un des Fellows, venant du Danemark, s'exclama "That is so offensive!". La Fellow, … Lire la suite Ces petites rencontres… En Bosnie #3 – “Hi, You are beautiful”

Million man march, 20th anniversary

Durant mon séjour j'ai eu l'occasion de participer - à mon niveau, donc il s'agissait peut-être plus d'assister - à la Million Man March , dont le thème cette année était "Justice or Else". Moment important pour l'histoire Afro-Américaine, j'ai absolument voulu participer à l'anniversaire de cet événement historique. Court rappel Il y a 20 ans les Afro-Américains … Lire la suite Million man march, 20th anniversary

« Ne tapote pas l’afro » Cheveux au naturel, les “problèmes” #2

Je ne sais même pas comment commencer mon histoire... On était en train de réfléchir a un lieu pour déjeuner quand l'un de mes nouveaux "camarades" d'université arriva et commença naturellement a tapoter mon afro plusieurs fois! C'était comme s'il touchait quelque chose de drôle et "bouncy" pour la première fois. Une fois qu'il eut … Lire la suite « Ne tapote pas l’afro » Cheveux au naturel, les “problèmes” #2